Les Démocrates

Démocrates de tout le pays, unissez-vous sur ce média social !

Participez !
Rejoignez la campagne
 
 

Le slogan présidentiel de François

Il y aura donc deux François durant la présidentielle de 2012 : François Bayrou et François Hollande. Ce dernier vient d’être désigné par les votants aux primaires socialistes.

Alors qu’il vient de finir cette étape, le candidat du PS a du boulot devant lui car tout est à reprendre à la base : programme du PS pour 2012 obsolète face à la conjoncture, stratégie de campagne flou entre l’extrême- gauche et les modérés, etc.

On pourra même s’étonner de ce choix au sein des sympathisants socialistes tant Martine Aubry semble avoir relevé le PS après le passage du père Hollande.

François Bayrou est prêt

Du côté de François Bayrou, la réflexion n’en est pas au même point. Le projet pour la France du Président du Mouvement Démocrate et futur candidat présidentiel est déjà clair et se retrouve plus que jamais légitimé par la crise que connait notre pays ainsi que l’Europe.

Depuis 2002, François Bayrou a accusé les politiques au pouvoir de laisser filer les déficits sans apporter de vraies solutions pour la France. Dans son discours d’Université de Rentrée, le candidat du rassemblement aura dessiné un peu plus sa vision pour 2012 : un projet, une majorité et un slogan.

Le dernier clip expression direct du MoDem reprend le slogan qui semble avoir été choisi pour cette nouvelle campagne. Un slogan puissant et simple qui permettra de montrer avec force le chemin vers lequel François Bayrou veut amener le pays : produire, instruire et construire.

Produire

Beaucoup d’économistes reviennent enfin sur leurs théories selon lesquelles les pays occidentaux allés devenir des sociétés de services sans industrie. Cela ne fonctionne pas, si l’industrie part, le reste de l’économie fane.

L’objectif numéro 1 est donc de réindustrialiser le pays. Cela doit passer par une simplification administrative, des aides à l’innovation et de vraies stratégies industrielles en France.

Instruire

Il faut redonner confiance à l’école et à ce moteur d’innovation et de création. Il faudra redonner du sens aux enseignements pour qu’ils apportent les outils nécessaires afin que les élèves deviennent des citoyens conscients, des entrepreneurs créatifs et des hommes instruits.

Construire

L’Etat et la politique ont trop souvent été entachés de scandales. Trop de conflits d’intérêts existent au sein de l’Etats entre les milieux financiers, les lobbyings et les décideurs.

Nous devons construire une république saine, avec un parlement au pouvoir accru et des femmes et hommes politiques dont la transparence des comptes et des choix permettront de légitimé leur place dans la société. La politique devra également remettre le citoyen au centre du système. Cela passera par la pédagogie et l’explication des réformes.

Objectifs

Ces priorités présentées sous la forme d’un agenda 2020, à l’image de l’agenda 2010 qui a permis aux allemands de relancer leur pays, auront pour ambition de sortir la France des crises économique, politique et morale qu’elle traverse actuellement.

 

Retrouvez l’article de David Guillerm directement sur son blog en cliquant ici.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 
David Guillerm
Facebook Twitter
 
Posté par Marie-Anne Kraft, le 17 octobre, 2011 à 17:59

Les deux François se parlent et se respectent, c’est déjà un bon point. Je ne suis pas de ceux qui disent que la victoire de François Hollande sur Martine Aubry est un handicap pour François Bayrou car lui prend des voix au centre. Il faut arrêter d’avoir ce raisonnement politicien et être responsable. Il ne faudra en aucun cas dénigrer le candidat Hollande. Ceci n’élèverait pas le candidat Bayrou. Relevons simplement dans le projet socialiste ce qui n’est pas réaliste, pas crédible, en matière de gestion des finances publiques et ses insuffisance sur la production et sur l’éducation en proposant mieux. Relevons aussi les incohérences, notamment 3 sur la proposition de créer 60 000 postes d’enseignants : le coût de 7 milliards et non de 2,5 milliards ; financer par 2,5 milliards pris sur la suppression des redoublements équivaut à un transfert de postes et non à une création, de plus le redoublement est parfois nécessaire … et rappelons que même aujourd’hui avec 16000 suppression de postes d’enseignants, 1000 postes disponibles restaient encore non pourvus car on ne trouve plus assez d’étudiants motivés et au niveau ! Il faut revaloriser la profession d’enseignant, tant par le salaire, par la formation, par le statut, la econnaissance sociale, arrêter de mépriser cette honorable profession ! La proposition de François Hollande ne tient donc pas la route …

Posté par Ben, le 17 octobre, 2011 à 18:22

Je le trouve pas assez accrocheur ce slogan, on est + dans le contenu et pas assez dans le général.

Pourquoi pas « La France en confiance » ?